Illustration de 8 barres sur un ordinateur symbolisant les 8 idées reçues SEO.

8 erreurs et idées reçues à éviter en SEO

Tous les propriétaires de site web qui souhaitent améliorer leur visibilité en ligne le savent, le SEO est incontournable. En revanche, ce qui est plus difficile, c’est de dissocier les bonnes pratiques des préjugés en matière de référencement naturel. L’équipe de Lemon Interactive vous propose ainsi un petit florilège des idées reçues en SEO.

Les 8 idées reçues du SEO

De nombreux préjugés circulent sur le SEO dans les couloirs des agences web et chez tous les clients qui veulent optimiser leur site. Nous vous proposons d’aborder les plus tenaces, en vous expliquant pourquoi ces consignes SEO ne sont pas bonnes à suivre.

Il faut produire des contenus avec beaucoup de mots

Illustration d'un ordinateur avec une barre verte qui augmente ou baisse.

Depuis toujours, on entend partout qu’il faut travailler toujours plus de mots. Produire des gros contenus de plusieurs milliers de mots pour se démarquer sur Google.

En effet, beaucoup d’experts SEO ou de clients ont bien assimilé que le contenu était essentiel pour se positionner dans la SERP. Et ils n’ont pas tort. En revanche, ils se trompent sur un point, c’est que ce n’est pas en participant à un concours de longueur de texte que le contenu va ranker, et ce pour plusieurs raisons.

Prenons l’exemple d’une requête très concurrentielle. Si on regarde les textes qui rankent le mieux, la longueur de texte a effectivement un impact. Pourtant, on remarque aussi qu’il est fréquent de voir des textes de 1 000 – 1 500 mots se positionner devant des pavés de 3 000 à 4 000 mots. Cela s’explique tout simplement par le fait que Google et ses critères EAT se concentrent sur la pertinence et l’intention de recherche, et non la longueur du texte.

L’EAT se base donc sur la qualité et la confiance et expertise du contenu, mais aussi sur l’autorité qu’on exerce sur le contenu. Naturellement, si un sujet tel que « comment choisir son assurance auto ? » peut mériter 3 000 à 4 000 mots. Un sujet comme « quelle est la définition d’une assurance routière » ne va pas nécessiter 5 000 mots. Une réponse de 500 à 600 mots suffit, en théorie.

Google comprend très bien cela, et est capable d’évaluer une longueur estimative de contenu attendue pour une question ou pour un mot-clé donné.

Ainsi, plutôt que de viser un contenu le plus long possible, il faut avant tout déterminer la longueur la plus pertinente par rapport à l’intention de recherche et au mot-clé visé.

Le contenu généré par l’intelligence artificiel est dangereux

Beaucoup de personnes pensent qu’il est dangereux de publier du contenu autogénéré par l’IA.

Ce qui est sanctionnable, c’est le contenu généré par IA qui n’a aucune valeur ajoutée et qui a de fortes chances d’être considéré comme du contenu dupliqué. Ceci est fort probable, étant donné que l’intelligence artificielle extrait de la matière brute sur un sujet donné.

Alors, la bonne façon d’utiliser l’IA est de générer une réponse (sous forme de contenu forcément), puis de maximiser sa pertinence grâce à la qualité du prompt et à la correction manuelle afin que l’utilisateur, lorsqu’il clique sur le lien puisse trouver l’information qu’il recherche.

Comment faire ? C’est la même chose que lorsqu’on produit un nouveau contenu. On cherche à mettre des titres, des mots-clés en gras, des photos, des tableaux, des social mentions, des vidéos YouTube… En faisant ça, on donne de la valeur ajoutée au contenu. Ainsi, Google ne le sanctionnera pas, même s’il est généré par Intelligence Artificielle.

Besoin d’un accompagnement SEO adapté à vos besoins ?

Il faut viser à tout prix les gros mots-clés

Illustration d'une page web avec les mots "mot-clé", "intention", "longue traîne"

On entend souvent, notamment en agence SEO à Lille, des personnes qui veulent absolument se positionner sur de gros mots-clés.

Prenons l’exemple d’un expert en immobilier qui veut à tout prix se positionner sur le mot-clé « maison ». Il a entendu dire que le mot-clé « maison » était tapé des millions de fois dans les moteurs de recherche.

Sur le principe, l’idée est bonne, mais on en revient aussi à l’intention de recherche. Qu’est-ce qu’attend un internaute qui tape « maison » ? Une définition de la maison ? Des informations sur comment la construire ? Des dessins de maison ? Un film avec le mot « maison » dans son titre ?

Les intentions de recherche sont tellement vastes sur le mot « maison » qu’il n’y a aucun intérêt, pour un professionnel exerçant dans un secteur bien particulier, de se positionner dessus.

Si jamais on tape le mot « maison », par exemple, il y a de fortes chances qu’on tombe rapidement sur Wikipédia. Le mot-clé est tellement générique que Google vous renvoie systématiquement vers une réponse générique.

Viser les gros mots-clés, c’est donc bien, mais ça ne sert à rien sans pertinence.

Pour revenir sur l’exemple du mot « maison » pour quelqu’un qui vend des maisons, on pourrait plutôt viser un mot-clé de longue traîne, du type « acheter ma maison à Lille », « maison type T4 »… La volumétrie sera forcément plus faible, mais le trafic généré sera beaucoup plus qualifié et aura plus de pertinence, à la fin, pour le business de l’entreprise.

Il faut utiliser massivement la balise nofollow sur les liens

Avant toute chose, rappelons rapidement ce qu’est une balise nofollow. Dans une stratégie de netlinking, un lien nofollow a la particularité de dire à Google de ne pas suivre son contenu, et donc de ne pas transmettre la puissance de la page grâce à celui-ci dans le référencement naturel du site web.

Aujourd’hui, que ce soit sur des modules (sur Prestashop, WordPress, Magento…), sur des recommandations d’experts SEO, ou encore sur des tutoriels, on voit partout qu’il est conseillé d’utiliser le nofollow.

Pourtant, le rel nofollow (ou ses équivalents, tels que UGC ou sponsored), placé sur une balise lien à href, est vraiment nocif pour le référencement SEO d’un site, car il ne permet plus de préserver la puissance du site (un peu comme si la puissance de ce lien se perdrait d’un un puits sans fond). En effet, dans le décompte des liens internes et externes, et de la dilution de la Pagerank, Google prendra désormais en compte les liens nofollow pour diluer votre pagerank.

Lemon Interactive ne peut alors que vous recommander de ne pas utiliser le nofollow. Deux possibilités s’offrent alors à vous :

  • Soit vous choisissez de faire un lien effectif et d’assumer le lien en envoyant du jus ;
  • Soit vous être contraint d’envoyer un lien, mais vous ne voulez pas envoyer de jus, alors il faut procéder à des techniques du type obfuscation/cloaking de lien.

Les backlinks ne servent plus à rien

Illustration d'un graph en augmentation avec échange de fichiers SEO

Chez les experts SEO les plus white hat, on entend aussi que les backlinks ne servent plus à rien. Pourtant, derrière le contenu, ils sont aujourd’hui le deuxième critère de positionnement d’un site.

Pour beaucoup d’experts SEO qui n’hésitent pas à utiliser des techniques plus ou moins approuvées par Google, c’est une évidence, les backlinks restent le talon d’Achille des algorithmes. Ainsi, avec quelques-uns bien placés et une bonne ancre de lien, on peut se positionner très facilement sur des requêtes de longue traîne.

Il y a, là-dessus, un très bon exemple illustré par Allan Cladx, en conférence SEO :

Tapez dans Google « le plus petit référencement ». Vous verrez que vous tomberez sur une page absolument vide. Son seul contenu étant un carré transparent d’un pixel sur un pixel. Sur cette page, le référencement ne s’est fait que par des backlinks, rien d’autre !

Alors non, les backlinks ne sont pas morts, même si Google aimerait beaucoup que ce soit le cas !

Mieux vaut avoir des backlinks provenant de gros sites

Parmi les autres préjugés sur le SEO, on entend souvent, de la part des utilisateurs d’outils tels que Majestic, Ahrefs, Moz, ou encore Semrush, que les backlinks doivent provenir de gros sites de référence. Rappelons que ces outils évaluent la puissance des domaines en provenance desquels les propriétaires de site aimeraient obtenir des backlinks. Il est donc logique qu’ils vantent les mérites des gros sites.

Mais les informations, comme le trustflow ou le citation flow de Majestic, sont régulièrement et facilement manipulées par quelqu’un d’expert. Et au final, ce n’est pas tant la puissance qui compte, que l’expertise assumée du site qui vous fait un lien.

Il vaut parfois mieux recevoir un lien d’un petit site avec quelques milliers de visiteurs par mois. Avec un degré d’expertise certain sur un sujet auquel vous êtes sensible sur votre propre activité. Plutôt que de recevoir un lien du Monde, du Figaro ou de BFMTV.

La vitesse de chargement fait gagner des positions

Illustration d'un personnage poussant une barre de chargement

Depuis 2021 et l’introduction des Core Web Vitals, on entend souvent que la vitesse de chargement d’un site web peut l’aider à ranker dans la SERP. C’est pourtant une idée reçue que de penser que ce critère compte dans le référencement.

Le temps de chargement d’une page web compte pour environ 1% de sa note finale aux yeux de Google, lorsqu’il fait le calcul de performance.

Ce qui est vrai, en revanche, c’est que la vitesse de chargement aura un impact sur le référencement, mais de façon indirecte. En effet, cela va impacter :

  • Le nombre de pages que Google va pouvoir visiter ;
  • Le budget crawl ;
  • La génération de soft 404 qui peut se produire sur les temps de chargement très longs…

La vitesse de chargement a donc un impact sur ces points là, mais en aucun cas elle va vous permettre d’atteindre une position zéro ou d’être numéro un dans la SERP sur une requête concurrentielle.

La Search Console et Analytics sont fiables

Dans la plupart des cas, et notamment pour les très gros et les très petits sites, il peut manquer jusqu’à 50 à 60 % de données de trafic entrant d’un site sur la Search Console. C’est énorme, et cela prive les webmasters d’énormément de data.

Alors, si la Search Console est précise sur l’analyse et les metrics que Google rencontre en visitant un site, elle n’est pas 100% fiable, même si ça reste l’outil de référence pour monitorer son site web. On ne peut donc pas se contenter d’analyser la Search Console uniquement pour obtenir des informations sur le SEO.

Il en va de même pour Analytics, et notamment sur le sujet de la RGPD. Depuis qu’elle a été mise en place, et que le consentement est nécessaire pour la collecte des données, Lemon Interactive estime une déperdition de data allant de 25 à 35 % en moyenne. Naturellement, ceci génère énormément de problèmes dans l’analyse de la data. C’est pour cela que nous recommandons l’utilisation de Matomo ou AT Internet, qui sont RGPD friendly, et qui peut se permettre de se passer du consentement utilisateur. Notamment lorsqu’il est utilisé et installé sur votre serveur.

Les règles d’or du SEO sont en perpétuelles mutations, et évoluent en fonction des algorithmes des moteurs de recherche. Il s’agit alors de ne pas faire trop facilement confiance aux conseils qu’on peut trouver partout. Ce sont bien souvent des idées reçues ! Alors si l’envie vous tente et que vous souhaitez toujours un site optimisé pour le référencement naturel, faites appel aux experts SEO de Lemon Interactive.

Ecran d'ordinateur avec une flèche pointant vers une boutique marketplace

SEO et marketplace : 6 points essentiels pour être en première page

Dans le monde en ligne d’aujourd’hui, la marketplace joue un rôle crucial dans la visibilité et le succès des entreprises. Cependant, pour se démarquer parmi une concurrence féroce, il est impératif d’optimiser votre présence sur marketplace à l’aide des techniques de référencement naturel (SEO). Dans cet article, nous explorerons 6 points essentiels pour vous aider à atteindre les premières positions sur les marketplaces et à augmenter votre visibilité en ligne.

Qu’est-ce qu’une marketplace ?

Illustration d'une boutique marketplace avec des points d'interrogation

La marketplace, ou place de marché, est un espace de vente en ligne qui réunit plusieurs vendeurs ou fournisseurs, indépendants les uns des autres. Cela représente une alternative au site de e-commerce, et permet de profiter d’un site de vente en ligne établi et géré par une plateforme.

Il existe alors des marketplaces généralistes ou des places de marché plus spécialisées dans un domaine d’activité. Les cibles peuvent également varier, et on retrouve de la marketplace en B2B (de professionnel à professionnel), en B2C (de professionnel à particulier), ou même en C2C (de particulier à particulier).

Pour pouvoir vendre ses produits ou services sur une marketplace, le vendeur paie une commission pour chaque vente effectuée.

Les avantages de la vente sur les marketplaces

La marketplace est un site Internet qui profite souvent d’un très fort trafic et d’une certaine notoriété dans les tendances SEO. Comme c’est le cas d’Amazon, de la Fnac, ou encore de Rakuten. Le premier gros avantage d’une telle interface web est donc de profiter de la visibilité et de la popularité du site web pour toucher un plus large public. C’est aussi l’occasion de toucher une nouvelle clientèle, en attirant vers vous les prospects qui venaient, initialement, pour un autre produit ou une autre marque.

L’autre gros point fort des places de marché, c’est incontestablement la facilité d’utilisation. En quelques clics seulement, il est facile de mettre en vente des produits et services sur Internet, même sans connaissance informatique. Il est d’ailleurs plus facile de toucher une clientèle à l’international et d’augmenter son chiffre d’affaires, tout en dépensant beaucoup moins qu’avec son propre site de e-commerce.

Enfin, une marketplace est aussi un site de commerce en ligne sécurisé, qui se porte garant des paiements aux vendeurs, mais aussi, côté acheteur, du service de livraison. Chaque boutique est donc la bienvenue !

Les principales marketplaces existantes en France

Logos des principales marketplaces en France, Amazon, Vinted, AliExpress, Uber Eats...

Il existe de nombreuses marketplaces en France. D’ailleurs, si vous regardez le classement des 20 meilleurs sites e-commerce au monde, la plupart font également partie du top 20 en France.

Développer sa stratégie marketing autour de la marketplace est donc, pour une boutique, un potentiel de vente non négligeable.

Parmi les grands noms, on peut noter :

  • Amazon (BtoB et BtoC) ;
  • Leboncoin (BtoC et CtoC) ;
  • Aliexpress (B2B et B2C) ;
  • Vinted (C2C, mais aussi B2C) ;
  • Booking.com (BtoB et BtoC) ;
  • Cdiscount (BtoB et BtoC) ;
  • Uber Eats (BtoC)…

6 astuces pour améliorer le référencement naturel de votre marketplace

Lorsqu’un vendeur décide de vendre ses produits et services sur un site marchand, il est confronté à un problème majeur : la concurrence marketing. Des dizaines, voire des centaines d’autres vendeurs essaient de vendre le même produit, ou similaire. Il faut alors pouvoir sortir du lot, en proposant des contenus de fiches produits techniques optimisés. Pour cela, rien ne vaut une agence de référencement à Lille !

Recherche de mots-clés pertinents pour votre niche

Pour qu’un internaute tombe sur votre marketplace en tapant une requête Google et apparaître sur la SERP ou sur le moteur de recherche de la plateforme, il faut que l’optimisation de chacune de vos pages soit SEO, sur un mot-clé précis et avec un contenu important. Vous devez donc définir, avant toute chose, un mot-clé par page web.

Il faut alors vérifier la pertinence du mot-clé en vérifiant le volume de recherche mensuel. Si ce keyword n’est recherché que 10 fois par mois, mieux vaut ne pas se positionner dessus. Visez alors les mots-clés les plus populaires, tout en essayant de cibler au mieux votre clientèle avec un mot-clé longue traîne qui vous démarquera des autres. Votre stratégie SEO doit être en phase avec vos objectifs marketing.

Ensuite, le but est de rédiger la description de vos produits en axant la sémantique autour de votre mot-clé. Évitez le keyword stuffing, qui consiste à placer le mot-clé le plus de fois possible. Cela rend le texte illisible, mais surtout, cette technique est pénalisée par l’algorithme des moteurs de recherche, ce qui serait complètement contre-productif. Vous aurez accès à de nombreux outils de gestion de contenu qui permettront la création de fiches optimisés.

Optimisation de votre page de produit

Au-delà de la rédaction d’un contenu optimisé autour d’un mot-clé, vous devez également structurer votre page. Les utilisateurs doivent comprendre vos contenus et l’optimisation de ceux-ci est primordiale. C’est en intégrant des titres et sous-titres que vous aiderez Google à mieux comprendre votre sujet, et donc à mieux l’indexer.

Le balisage html est alors indispensable, avec une structuration logique comprenant un <h1>, et autant de balises <h2>, <h3>, <h4>… que nécessaire ! Attention à ne jamais dépasser le <h6> (ce qui est déjà très long). Pensez également à rédiger une balise title et une méta description pour chaque page.

Ensuite, comme pour la rédaction du bac de philo, il vous faut être cohérent, en ne plaçant jamais un seul <h2>, par exemple, ou en ne passant jamais d’un <h3> à un <h5>.

Pour reprendre l’exemple de la copie de philo, on peut comparer le plan de votre dissert’ au plan de votre fiche produit :

  • Titre (balise title)
  • Sous-titre (H1)
  • Grand 1 : exemple (H2)
    • Petit a : exemple (H3)
    • Petit b : exemple (H3)
  • Grand 2 : exemple (H2)
    • Petit a : exemple (H3)
    • Petit 1 : exemple (H4)
    • Petit 2 : exemple (H4)
    • Petit b : exemple (H3)…

Obtention d’avis clients positifs

Illustration d'étoiles d'avis clients SEO de marketplace avec un "WOW".

Sur marketplace, le nombre et la qualité des avis clients Google ont une influence majeure sur le positionnement SEO de votre page sur la plateforme. Votre plan marketing doit alors comprendre un suivi client, afin de vous assurer d’obtenir des retours positifs.

Bien sûr, cela passe aussi par un service client, une livraison, et un produit parfaitement irréprochables. Mais vous devez aussi inciter votre clientèle à laisser un commentaire ou une note sur la marketplace.

Plus vous obtiendrez de bonnes notes, plus l’algorithme vous placera en haut des résultats. Mais c’est aussi un gage de qualité auprès des clients, qui passent plus facilement commande auprès d’une boutique en ligne qui a bonne réputation.

Utilisation d’images de haute qualité

La qualité des images de votre marketplace joue aussi un rôle important dans le référencement SEO (search engine optimization). Dans un premier temps, elle permet d’attirer l’attention du client, et d’optimiser l’expérience des utilisateurs. Et dans un second temps, l’image de qualité permet surtout d’optimiser le SEO, en répondant aux critères des Core Web Vitals, entre autres. En effet, avec une image de qualité et rapide à charger, les moteurs de recherche vont interpréter votre contenu comme étant une page d’autorité, fiable et professionnelle, et la pousseront en avant.

Du côté de l’expérience des utilisateurs (UX), une image de mauvaise qualité peut être longue à charger, ce qui augmentera le taux de rebond de votre page. En parallèle, les internautes n’auront peut-être pas envie de passer à l’achat si la photo ne vend pas du rêve.

Création de backlinks de qualité

Comme pour n’importe quel site Internet, le maillage interne et le maillage externe sont essentiels au référencement naturel. En créant des liens logiques entre chacune de vos pages ou depuis des sites de référence, vous donnez des informations complémentaires aux moteurs de recherche pour les aider à comprendre la structure et la logique de votre marketplace. Plus ils auront une navigation claire et fluide au sein de vos pages, plus ils faciliteront leur indexation.

Par ailleurs, plus une page dispose de liens, plus elle est considérée comme une page d’autorité, et sera poussée par Google.

Surveillance et analyse des performances

Illustration de graphiques avec une loupe symbolisant la surveillance et l'analyse de performances SEO de marketplaces.

Enfin, pour assurer le succès de votre SEO sur marketplace, et faire en sorte qu’elle apparaisse en première page des résultats de recherche, vous devez constamment analyser vos performances.

Vous pourrez alors repérer les pages qui présentent un problème, ou qui pourraient être mieux référencées, et ainsi travailler dessus. Vous pourrez également déterminer ce qui a particulièrement bien fonctionné pour certaines pages, et appliquer votre technique à toutes vos autres pages.

Enfin, l’utilisation d’outils d’analyse de performances de votre site et l’analyse de la concurrence permettent aussi d’adapter votre stratégie SEO en fonction des modifications de l’algorithmes de chaque marketplace.

Critères spécifiques de référencement SEO pour une marketplace

Le système de référencement naturel n’est malheureusement pas le même pour chaque marketplace, et certaines d’entre elles ont quelques spécificités. L’agence web Lemon Interactive revient avec vous sur trois d’entre eux.

Les critères SEO d’Airbnb

Pour réussir sur Airbnb, il est important d’avoir des photos de qualité, une géolocalisation précise, des prix compétitifs et de bons avis. De plus, l’utilisation croissante des facettes de recherche peut aider à améliorer votre visibilité.

Les critères SEO d’Amazon

Logo de la marketplace Amazon

Sur Amazon, la première page génère 35 % du trafic. En effet, 70 % du chiffre d’affaires se fait sur la 1ère page, et 50 % du chiffre d’affaires se fait sur les 12 premiers résultats affichés.

De plus, 60 % du trafic provient du moteur de recherche interne d’Amazon. L’algorithme de recherche d’Amazon (A10) prend alors en compte plusieurs facteurs pour décider de ranker une page jusqu’à la première position :

  • L’autorité du vendeur ;
  • L’historique des ventes ;
  • Le CTR ;
  • Le taux de conversion ;
  • Les avis ;
  • Les images ;
  • Les fiches produits premium ;
  • Les coupons de réduction ;
  • L’utilisation du service FBA (Fulfillment by Amazon).

Les critères SEO d’Etsy

Sur Etsy, l’importance des mots-clés et le choix des titres sont cruciaux. Il est également recommandé d’utiliser 9 photos de qualité, de choisir des catégories et des attributs pertinents, d’avoir un taux de conversion élevé et des avis clients positifs. L’importance de la communauté (réseaux sociaux et blog) et des backlinks entre boutiques sont également des facteurs à prendre en compte.

La combinaison du référencement naturel et d’une stratégie SEO efficace sur marketplace peut faire la différence entre le succès et l’obscurité en ligne.

En suivant ces six points essentiels, vous serez mieux équipé pour optimiser votre présence sur les marketplaces, attirer davantage de prospects qualifiés et augmenter vos chances d’être en première page. N’oubliez pas que le SEO sur marketplace est un processus continu, nécessitant une analyse constante et des ajustements.

L’agence SEO Lemon Interactive peut vous accompagner dans la gestion des contenus sur votre marketplace.

Illustration d'un smartphone avec le logo de Google, une oreille, un œil et la Terre

Mobile First et site web : pourquoi c’est important ?

Aujourd’hui, de plus en plus d’internautes utilisent leur smartphone pour naviguer sur le web. Peut-être êtes-vous en train de lire cet article depuis votre téléphone ? Si c’est le cas, sachez que si la navigation est si plaisante et fluide, c’est grâce à un sujet. L’optimisation SEO Mobile First du site web de Lemon Interactive. Voyons dans les détails l’importance du Mobile First.

Qu’est-ce que le Mobile First ?

Illustration d'une loupe sur un smartphone

Le Mobile First est un concept qui est venu bouleverser le web design, au milieu des années 2010. En allant plus loin que le responsive web design, le Mobile First priorise la version mobile d’un site web. Le tout, afin d’améliorer l’expériencedes utilisateurs sur appareils mobiles.

Alors, plutôt que de partir d’un site web classique, que l’on dégrade progressivement pour l’adapter à un affichage sur petit écran, la démarche Mobile First part du petit écran, pour ensuite proposer une adaptation sur grand écran.

Ce nouveau concept vise alors à répondre à une nouvelle tendance. Où la navigation web se fait majoritairement sur appareil mobile. L’utilisation doit alors être adaptée, rapide, fluide et facile, quelle que soit la taille de l’écran.

L’importance actuelle du mobile dans la navigation sur Internet

Pour bien comprendre l’importance de l’optimisation Mobile First d’un site web, faisons le tour de quelques chiffres :

  • 77 % des Français de plus de 15 ans ont un téléphone portable en 2023 ;
  • 40 millions de Français utilisent Internet depuis leur smartphone ;
  • 4 internautes sur 10 n’utilisent que leur appareil mobile pour aller sur le net ;
  • Les ventes en m-commerce (commerce sur mobile) ont augmenté de 22 % en 2021, et ne cessent d’augmenter depuis ;
  • Le trafic Internet mobile représente presque 60 % du trafic Internet mondial.

L’impact positif du Mobile First sur l’expérience utilisateur

On pourrait croire qu’il est beaucoup plus agréable de naviguer sur Internet depuis un grand écran d’ordinateur de bureau ou un ordinateur portable, que sur un petit écran de téléphone. Pourtant, l’optimisation Mobile First offre une expérience utilisateur de plus en plus satisfaisante.

Un affichage adapté à tous les écrans

Illustration d'un smartphone, d'une tablette et d'un écran d'ordinateur

Le Mobile First permet d’améliorer l’UX, grâce à une optimisation complète, quel que soit le format (tablette, smartphone, ordinateur…). Les utilisateurs profitent ainsi d’une navigation et d’un affichage bien plus adaptés au format de leur support. Ils peuvent ainsi accéder aux informations en ligne où qu’ils soient, et à n’importe quel moment.

En travaillant un site web en Mobile First et en Mobile Friendly, le développeur web se met à la place de l’internaute pour comprendre comment il va utiliser son smartphone, et quel sera son parcours utilisateur. Cette démarche le pousse à offrir une réponse au plus près des attentes et des besoins de l’internaute.

Une navigation fluide et rapide

Du côté du développeur web, le Mobile First simplifie la maintenance. Notamment au niveau du design et du code, qui sont alors beaucoup plus légers. Il permet également d’effectuer les mises à jour très facilement, pour assurer un site Internet toujours plus performant. Tous ces arguments jouent en faveur d’un site web plus puissant, mais aussi plus simple à maintenir à jour. e qui rend la navigation web très rapide et très fluide à travers le contenu et éléments du site.

Les avantages pour une entreprise d’avoir une approche Mobile First

Si le Mobile First offre une expérience utilisateur agréable aux mobinautes, il présente également de nombreux atouts pour les entreprises détentrices de sites Internet responsive.

Optimiser le référencement naturel du site

Logo de Google devant un graphique SEO en augmentation

Google, et les moteurs de recherche en général, mettent en avant les sites optimisés pour le mobile. Cela fait partie des points importants, et notamment des Core Web Vitals. Ils sont à privilégier pour améliorer le SEO d’un site Internet, et s’assurer une bonne position dans la SERP. Google a d’ailleurs créé un index Mobile First, avec une indexation orientée mobile. Autrement dit, Google s’appuie désormais davantage sur la version mobile des sites web pour élaborer son indexation et son classement des pages dans la SERP.

Un site mal optimisé ne sera pas mis en avant par Google, et cela risque d’impacter grandement le référencement. Il faut donc, dès la conception et le développement du site, penser la structure en mode « mobile ». L’objectif est de faire du responsive design, et d’avoir un site internet qui s’adapte à chaque format.

Par ailleurs, un site optimisé Mobile First a une vitesse de chargement plus rapide, ce qui contribue également à son référencement, grâce au respect des guidelines des Core Web Vitals.

Améliorer le taux de conversion

Si l’expérience utilisateur est optimale, le Mobile First peut avoir un impact très positif sur le taux de conversion, et donc sur les achats sur le site. Il faut, pour cela, un tunnel de conversion parfaitement adapté au format, afin que l’internaute profite d’une expérience d’achat fluide, facile et claire. Plus la navigation sera agréable, plus le client sera tenté de passer à l’action et d’acheter.

Augmenter le trafic vers le mobile

Graphique en augmentation pour le mobile first

Aujourd’hui, la plupart des gens utilisent leur téléphone pour aller sur Internet, et près de 60 % du trafic web provient du mobile. Il est donc essentiel d’avoir un site internet intégralement optimisé pour les smartphones.

La part du trafic desktop est un point majeur de la stratégie de webmarketing, mais il faut également miser sur le trafic mobile pour assurer le succès du site web.

S’adapter à toutes les habitudes des consommateurs

Le Mobile First permet aussi de s’adapter à tous les utilisateurs, quelles que soient leurs habitudes. Ainsi, vous parvenez à toucher un plus large public, sur tous les écrans (tablettes, smartphones, ordinateurs fixes ou portables…).

Contribuer à l’accessibilité numérique

Mot "accessibilité" associé au mobile first

En pensant un site web en Mobile First, le développeur est forcément amené à s’interroger sur la personne qui va utiliser le site. Il doit anticiper les potentielles difficultés lors de l’usage. En ce sens, la démarche Mobile First contribue à l’accessibilité numérique. En proposant des sites web accessibles au plus grand nombre.

Les sites Mobile First sont d’ailleurs pensés pour une utilisation à une seule main, comme nous le faisons tous sur téléphone, ce qui pousse encore plus les développeurs à réfléchir aux comportements des utilisateurs pour une adaptabilité maximale sur tout type de support.

Les inconvénients du Mobile First

Travailler un site web pour une optimisation Mobile First ne présente que très peu d’inconvénients, et ceux-ci sont rapidement compensés par les atouts de la méthode. En revanche, il est toujours bon d’en avoir conscience avant de se lancer.

Un développement plus long

Pour obtenir un site web optimisé Mobile First, il faut souvent un temps de développement et des efforts plus importants. En effet, cela demande d’avoir une réflexion importante sur l’UX et sur le référencement, ce qui requiert plus de temps, d’efforts, et même de professionnels.

Des limitations fonctionnelles

Sur mobile, il peut y avoir des fonctionnalités plus complexes à mettre en place sur un mobile que sur un ordinateur. Le développement peut alors s’avérer plus long et plus complexe. Par ailleurs, il y a des contraintes designs importantes, et chaque designer et UI designer travaillent avec des espaces restreints et des limitations techniques qui doivent être prises en compte lors de la mise en place.

Finalement, les inconvénients sont surtout en lien avec la mise en place, qui peut être plus laborieuse qu’avec un site desktop first. Mais les avantages d’un tel concept doivent prendre le pas sur ces difficultés très ponctuelles.

Les défis écologiques du Mobile First

Illustration de la Terre liée au mobile first

La création d’un site web Mobile First éco-conçu est un enjeu important pour limiter l’impact de nos habitudes numériques sur l’environnement.

Dans notre agence SEO à Lille, cet aspect de la conception web est essentiel, et nous mettons l’accent sur des pratiques raisonnées : minifier le code pour avoir des fichiers plus légers, éviter les plugins inutiles, utiliser un hébergement vert, optimiser les images pour alléger l’ensemble…

Quelles alternatives au Mobile First ?

Votre site web existant n’est pas optimisé pour une utilisation sur mobile, ou vous n’avez pas les moyens (techniques, financiers, temporels…) de créer un site Mobile First ? Cela peut impacter vos avis Google, d’autres alternatives vous permettent d’avoir un site internet accessible depuis un appareil mobile.

Le site web dédié

Il est possible de créer un site web dédié aux appareils mobiles. Dans ce cas-là, lorsqu’un internaute tentera de se connecter depuis son téléphone à votre site classique, il sera redirigé vers une seconde adresse dédiée au support mobile.

Si la création est rapide et facile, le site dédié reste une alternative très temporaire, en attendant de pouvoir optimiser votre site principal.

Par ailleurs, il est important de savoir que les sites dédiés ne sont jamais référencés par Google, notamment à cause du plagiat, que l’on retrouve à deux niveaux :

  • La duplication du support (plusieurs sites avec une seule url) ;
  • Le duplicate content (une photo ou un contenu publiés plusieurs fois).

L’application native

L’autre alternative au site web Mobile First est l’application web native. Travaillé en agence web à Lille, elles prennent la forme d’un mini-logiciel à télécharger, elle s’adapte parfaitement à tous les supports mobiles.

Il faut toutefois reconnaître que le développement d’une application native est coûteux et chronophage, car cela demande une maintenance régulière, et un développement spécifique dans différents langages de programmation (Android, IOS…), ainsi que des mises à jour fréquentes.

Enfin, une application native n’est pas référencée dans Google. L’utilisateur doit aller la chercher de lui-même dans son App Store pour la télécharger, ce qui diminue grandement la visibilité du site web.

Aujourd’hui, il est presque incontournable d’avoir un site web optimisé Mobile First. Pour le développement web, les équipes de Lemon Interactive pensent toujours à réaliser les maquettes et les développements en Mobile First, pour pouvoir répondre aussi bien aux besoins de l’utilisateur que ceux du client. Un projet de site web Mobile First ? N’hésitez pas à contacter nos équipes !

Illustration d'un personnage ajoutant des étoiles pour donner son avis Google sur mobile

Les avis Google : le secret pour propulser votre référencement local

Aujourd’hui, je vais vous dévoiler un secret bien gardé qui peut propulser votre référencement local au sommet : Je veux parler des avis Google. Si vous souhaitez voir votre entreprise prendre l’ascendant sur vos concurrents locaux, vous devez comprendre l’impact énorme que ces avis peuvent avoir sur votre visibilité SEO et votre succès.

Des ambassadeurs passionnés pour votre entreprise

Imaginez un monde où chaque client satisfait devient un ambassadeur passionné par votre entreprise, partageant son expérience positive avec le monde entier.

C’est exactement ce que les avis Google peuvent réaliser pour votre société sur le web. Ce sont des témoignages puissants qui font la différence entre un simple établissement local et une entreprise incontournable.

La magie des avis Google : conquérir le moteur de recherche

La magie des avis Google réside dans leur capacité à attirer l’attention des moteurs de recherche. Google accorde une grande importance à l’expérience utilisateur et aux recommandations des internautes. Lorsque vous accumulez des avis positifs, Google le remarque et vous récompense en vous plaçant en haut des résultats de recherche SEO local.

Quantité et qualité : l’importance des avis positifs

Mais attention, ce n’est pas simplement une question de quantité. La qualité des avis est tout aussi importante.

Les avis bien rédigés, détaillés et authentiques ont un impact beaucoup plus significatif sur votre classement local. Ils créent une image positive de votre organisme, inspirant la confiance et incitant les clients potentiels à choisir votre établissement plutôt que celui de vos concurrents.

Travaillez sans cesse vos services pour n’avoir que des avis positifs

L’une des clés pour obtenir des avis positifs est de fournir un excellent service client à vos cibles. Chaque interaction avec votre entreprise doit être mémorable, agréable et dépasser leurs attentes. Lorsque vous traitez vos clients avec passion et investissement, ils seront ravis de partager leur expérience avec le monde entier.

Soyez proactif : demandez des avis Google

Mais ne vous méprenez pas, obtenir des avis ne se limite pas à attendre passivement. Vous devez également être proactif et demander à vos clients satisfaits de laisser un avis sur Google s’ils ne le font pas d’eux même.

Allez les chercher et faites leur savoir que leur opinion compte et qu’ils peuvent aider les autres à prendre des décisions éclairées. Notre agence SEO vous assiste pour mettre en place une stratégie efficace de référencement à Lille pour obtenir plus de demande d’avis, vous pouvez augmenter le nombre d’avis positifs et consolider votre position dans les résultats de recherche locaux.

Gérer les avis négatifs avec professionnalisme

Maintenant, je suis sûr que vous vous demandez comment gérer les avis négatifs. Ne paniquez pas, il est normal d’en recevoir de temps en temps. Ce qui compte vraiment, c’est la façon dont vous y répondez.

Lorsque vous répondez de manière proactive et professionnelle, vous montrez aux autres que vous vous souciez de leurs préoccupations et que vous êtes prêt à faire ce qu’il faut pour améliorer leur expérience.

« C’est un fait ! Un client satisfait ne va pas toujours laisser d’avis Google, par contre l’insatisfait ne se gênera pas pour vous le dire…« 

Dans l’univers en constante évolution du référencement local, les avis Google sont votre atout secret pour propulser votre entreprise en tête de peloton. Ne sous-estimez pas leur pouvoir, n’oubliez pas de les inclure dans votre stratégie de marketing numérique.

Les avis, votre arme secrète du référencement local ?

Illustration d'un personnage avec des cadres pour donner un avis Google

Les avis Google peuvent faire des merveilles pour votre référencement local, c’est une tendance SEO à ne pas sous-estimer. Ne les ignorez pas, transformez-les en une arme puissante pour attirer de nouveaux clients, dépasser leurs attentes et dominer votre marché local. N’oubliez pas que chaque client satisfait peut devenir un ambassadeur passionné, propageant la renommée de votre entreprise grâce à ses avis positifs !

Alors, ne laissez pas cette opportunité vous échapper. Mettez en place une stratégie proactive pour accumuler des avis Google positifs. Traitez vos clients comme des rois et offrez une expérience mémorable à chaque interaction. Demandez ensuite de partager leur satisfaction en laissant un avis sur Google.

Et n’oubliez pas, les avis négatifs ne sont pas une fatalité. Gérez-les avec professionnalisme et réactivité. Montrez aux autres que vous êtes prêt à vous améliorer et à résoudre les problèmes éventuels.

Dans ce monde compétitif, les avis Google sont votre clé pour briller dans les résultats de recherche locaux. Alors, saisissez cette opportunité en consultant notre agence web à Lille et hissez-vous au sommet de votre industrie. Votre succès en dépend.

FAQ Avis Google

Où trouver mes avis Google ?

Vous pouvez consulter vos avis Google en vous connectant à votre compte Google et en accédant à la section « Mes avis » dans le menu.
Vous pourrez non seulement voir vos avis, mais aussi les gérer et les partager avec d’autres utilisateurs. C’est un moyen pratique de trouver vos avis Google et de les partager facilement.

Comment faire pour donner son avis sur Google ?

Pour donner votre avis sur Google, cliquez sur l’onglet « Donner un avis » en bas à droite. Une fenêtre s’affichera vous permettant de laisser une note de 1 à 5 étoiles et un commentaire.
Les internautes peuvent ainsi consulter les avis en consultant d’abord la note attribuée en étoiles. Suivez ces étapes simples pour partager votre opinion sur Google.

Comment déposer un avis ?

Pour déposer un avis sur Google, commencez par rechercher l’établissement ou le lien que vous souhaitez noter. Utilisez la page de recherche Google ou Google Maps pour y accéder.
Une fois que vous avez trouvé l’entreprise en ligne, vous pouvez voir le nombre de commentaires précédents déposés et ajouter le vôtre. Choisissez une étoile, rédigez votre avis et cliquez sur « Publier ». Suivez ces étapes simples pour partager votre opinion sur Google !

Illustration d'une femme redessinant des statistiques SEO, entourée de formes diverses

Tendances SEO 2023 : Notre point de vue en tant qu’expert en digital marketing

Avec nos équipes, nous avons listé les principales tendances SEO qui façonnent l’année 2023. En tant qu’experts du référencement naturel, mais aussi parce que nous sommes rigoureux sur notre veille webmarketing en général, nous nous sommes plongés dans les profondeurs du SEO pour vous offrir un aperçu de ce qui nous attend en cours d’année. Préparez-vous à embarquer pour un voyage au cœur des stratégies qui propulseront votre présence en ligne vers de nouveaux sommets !

L’expérience utilisateur au premier plan

Détail des Core Web Vitals : LCP, FID et CLS.

En 2023, l’expérience utilisateur (UX) devient la clé de voûte du SEO. Les moteurs de recherche valorisent de plus en plus les sites offrant une navigation fluide, des temps de chargement rapides et un contenu optimisé pour les utilisateurs. Google a même modifié certains de ses indicateurs (Core web vitals) en passant du :

  • LCP : Largest content page
  • FID : First Input Delay au INP (Interaction to Next Point)
  • CLS : Cumultated Layout Shift

Eh oui, l’indicateur FID (First input Delay) s’est fait la malle ! Plus sérieusement, il est remplacé par le INP pour Interaction to Next Point qui contrairement au FID qui lui mesure le temps de réactivité avec un élément sur la page, l’INP mesure quand à lui, la réactivité de toute la page .

Vous comprenez maintenant qu’investir dans l’optimisation de l’expérience utilisateur devient donc indispensable pour se démarquer et c’est devenu une priorité pour notre agence SEO à Lille engagée sur le terrain de l’éco conception alliant performance et diminution des ressources énergétiques.

L’essor de la recherche vocale

La recherche vocale a gagné en popularité au cours des dernières années et cette tendance va se poursuivre en 2023. Avec tous les assistants vocaux et des enceintes connectées que nous avons au quotidien, les utilisateurs effectuent de plus en plus de requêtes à l’oral (c’est plus simple et plus rapide).

Pour tirer parti de cette évolution, il devient donc essentiel d’adapter votre contenu en tenant compte des questions que les utilisateurs sont susceptibles de poser à voix haute.

L’importance grandissante des balises structurées

Les balises structurées, telles que les balises schema.org ou JSON LD, jouent un rôle de plus en plus crucial dans le référencement en 2023. Ces balises permettent aux moteurs de recherche de mieux comprendre le contenu de votre site, ce qui améliore la pertinence de vos résultats dans les pages de recherche.

En intégrant ces balises, vous aidez les moteurs de recherche à présenter vos informations de manière plus attrayante, à augmenter votre CTR et à générer un trafic plus qualifié.

La montée en puissance de l’intelligence artificielle (IA)

Logo de ChatGPT, IA de génération de texte, sur fond vert

L’intelligence artificielle continue de révolutionner le monde du SEO. Les algorithmes basés sur l’IA, tels que ceux utilisés par les moteurs de recherche (Chat GPT, BARD, etc.), sont de plus en plus sophistiqués pour évaluer la pertinence et la qualité du contenu.

Du coup, il est primordial d’adopter une approche holistique en utilisant l’IA pour analyser les données, optimiser ses stratégies de mots-clés et améliorer son classement dans les résultats de recherche.

L’importance croissante des contenus visuels

Trop souvent négligés, le pouvoir des contenus visuels, tels que les images, les vidéos et les infographies, ne cesse de croître.

En 2023, les moteurs de recherche accordent une attention particulière à ces éléments visuels, car ils enrichissent l’expérience utilisateur et favorisent l’engagement.

Intégrer des contenus visuels de haute qualité et optimisés pour les moteurs de recherche vous aidera à vous démarquer et à attirer un trafic qualifié.

Saisissez enfin les opportunités SEO en 2023 avec Lemon Interactive

Illustration d'un homme avec une flèche entre les mains entouré de formes diverses.

Vous l’avez compris, les tendances SEO en 2023 sont résolument passionnantes et ouvrent de nouvelles perspectives pour tous les acteurs du webmarketing. En tant qu’experts, nous vous encourageons vivement à saisir ces opportunités pour renforcer votre présence en ligne et atteindre de nouveaux sommets.

En mettant en place l’ensemble de ses points tel que l’expérience utilisateur, l’adaptation de votre contenu pour la recherche vocale, en intégrant des balises structurées pour améliorer la pertinence de vos résultats, en exploitant les possibilités offertes par l’intelligence artificielle et en investissant dans des contenus visuels de qualité, vous serez enfin en mesure de vous démarquer de la concurrence et de captiver enfin votre cible.

Le SEO est en constante évolution, alors restez à l’affût des nouvelles tendances et adaptez votre stratégie en fonction des changements algorithmiques et surtout des besoins des utilisateurs. Le référencement naturel est un jeu mêlant : enquête, investigation, passion, créativité et volonté de se surpasser qui feront la différence pour performer

Lemon Interactive, présent pour accompagner efficacement et durablement dans cette aventure. Nous vous encourageons à prendre très sérieusement ces tendances SEO 2023. Voyez cela comme une opportunité de repousser les limites de votre présence en ligne pour surpasser vos objectifs. Ensemble, nous pouvons créer une stratégie digitale performante qui propulsera votre entreprise vers des sommets jamais atteints jusqu’à présent.

Pourquoi attendre ? Mettrez vous à niveau pour 2023 et transformez votre présence en ligne afin de faire vivre à vos utilisateurs une expérience digitale inédite et avec Lemon Interactive à vos côtés, rien n’est impossible !

Illustration d'un personnage scrutant ses statistiques SEO Core Web Vitals à la loupe - Lemon Interactive

Core Web Vitals : les 3 critères de Google pour votre SEO

L’expérience utilisateur (UX) est au cœur de toutes les stratégies SEO modernes des gestionnaires de sites Internet. Et parmi les critères importants d’optimisation de l’UX, la vitesse de chargement des pages et la réactivité du site font partie des signaux qui ont gagné considérablement en importance. Symbole de la montée en grade de ces enjeux grandement lié à la logique mobile-first du moteur de recherche star : le récent déploiement par Google d’indices de mesure concrets : les Core Web Vitals, nouvel eldorado du SEO technique.

Core Web Vitals : que sont ces signaux web essentiels ?

Les Core Web Vitals sont le fruit d’une initiative de Google, annoncée en 2020 et déployée en mai 2021, porteur de beaucoup d’espoirs (et de fantasmes !) dans la communauté SEO. L’objectif pour l’enterprise phare d’Alphabet (maison mère du géant américain) : simplifier, mais surtout objectiver la façon dont les gestionnaires de site Internet vont optimiser les temps de chargement de leurs pages. Si contrairement à ce que beaucoup anticipaient, leur importance demeure relativement mesurée comparée aux enjeux de stratégie de contenu et de link building, se positionner dans la SERP de Google n’en passe pas moins par une expérience utilisateur optimale. Et la performance web de vos pages jouent un rôle clé pour cela.

Cette mise en place des Core Web Vitals vient d’un constat de la part de Google qui met en évidence la quantité bien trop élevée d’outils et de formats dédiés à l’optimisation du temps de chargement des pages d’un site, comme l’AMP, qui avait vocation à optimiser le temps de chargement sur mobile et qui est relativement tombée dans l’oubli aujourd’hui, mais également comme PageSpeed Insights ou Lighthouse. En parallèle, on a aussi vu l’émergence d’outils indépendants, tels que Bear Boost ou GTmetrix.

Pour éviter la confusion autour de l’attendu quant aux temps de chargement, Google a décidé qu’il était important de proposer de meilleures bases en uniformisant tous ces outils et leurs fonctionnalités.

En 2021, Google a donc lancé 3 indicateurs clé performance sur le temps de chargement du site, qui forment ce qu’on appelle aujourd’hui les Core Web Vitals. Le code couleur reste le même : vert = bien, orange = à améliorer, et rouge = danger.

Comment fonctionnent les Core Web Vitals ?

Jusqu’en 2021, de nombreux KPIs plus ou moins originaux selon les outils de mesure en RUM (Real User Monitoring : mesure de l’activité réelle de vos utilisateurs sur votre serveur) ou en mode Synthetic User (mesure à l’instant T) étaient suivis par les experts. Aujourd’hui, les critères clés sont regroupés dans 3 grands indicateurs clés de performance : le LCP, le FID et le CLS.

Le LCP (Largest Contentful Paint)

Le LCP vise pour Google à mesurer le temps nécessaire pour qu’un site ait un affichage suffisamment efficient pour commencer la navigation. Pour que Google considère qu’un LCP est bon, il faut qu’une grande majorité du contenu soit chargée en moins de 2,5 secondes.

La mesure du LCP trace le temps nécessaire pour charger et afficher lisiblement le plus large élément de la page. Cela peut-être une vidéo, une image, ou parfois même un grand paragraphe de texte …

Le FID (First Input Delay)

Le FID correspond au temps de réponse de la part d’une page mesuré entre le déclenchement d’un événement (clic sur contact, ouverture d’une nouvelle url dans le menu…) et le temps que prend le site à réagir à cette demande. Il mesure donc la réactivité du chargement des pages d’un site web. Un bon FID doit être inférieur à 100 millisecondes. À partir de 300 millisecondes et plus, le site se retrouve dans la zone rouge.

Le CLS (Cumulative Layout Shift)

Le CLS est l’indicateur le plus difficile à optimiser car il est la seule métrique ne se mesurant pas en temps mais selon une formule mathématique complexe. Son objectif : éviter la mauvaise expérience que nous avons déjà tous eue, notamment sur des sites remplis de publicités invasives : cliquer sur élément d’une page de site alors que son chargement n’est pas terminé, mais se retrouver à cliquer sur un autre élément car le chargement aura modifié l’affichage de la page (par exemple en faisant apparaître une image au-dessus de l’élément que vous souhaitiez cliquer).

Le CLS vise donc à obtenir une structure fixe dès le début du chargement de la page, pour éviter ce genre de frustration et optimiser l’UX. Mais il faut pour cela être très performant, car le CLS exige un score inférieur à 0.10 pour être considéré comme bon. Au-delà de 0.30 le site est considéré comme trop instable. C’est l’élément à la fois le plus simple à corriger d’un point de vue intégration web, mais aussi parfois le plus frustrant à tracker, dépendant de nombreux facteurs.

Les conséquences des Core Web Vitals sur le ranking SEO

Au départ, tout le monde s’attendait à ce que l’impact des performances des Core Web Vitals représentent une énorme part dans les critères de ranking SEO nouvelle génération. Dans les faits, les résultants ne sont pas aussi bluffants que ce qu’on espérait, mais ils restent un axe important d’optimisation.

Illustration d'un personnage analysant ses résultats SEO sur son ordinateur

S’il peut y avoir des impacts négatifs indirects à ne pas respecter les Core Web Vitals (taux de rebond en hausse faute d’expérience utilisateur satisfaisante, chute du taux de clic – CTR – d’un lien pour mauvaise réputation sur son UX), ces indicateurs restent des signaux assez faibles dans le calcul de positionnement dans les moteurs de recherche. En réalité, on estime que l’impact des Core Web Vitals dans le calcul de position dans les SERP est situé entre 1 et 3 %.

De la même façon, si un site a de mauvais Core Web Vitals, il y a de fortes chances que le budget crawl que Google alloue à ce site en pâtisse. La raison mécanique est très simple : si Google vous donne 5 minutes de crawl par jour, le nombre de pages à parcourir sera bien plus élevé si vous mettez une seconde à charger toutes vos pages, que si vous mettez 2 secondes ou plus. Pas dramatique si votre site ne se compose que d’un petit volume de pages, mais bien plus grave si votre site en compte des milliers ! Google aura alors besoin de bien plus de temps pour indexer vos nouveaux contenus, ralentissant vos progrès SEO.

Les outils pour mesurer les Core Web Vitals

Google propose des outils officiels pour mesurer les Core Web Vitals d’un site. Vous pouvez alors utiliser PageSpeed Insights qui reprend des signaux beaucoup plus larges. Grâce à eux, un site obtient un score sur 100, reflétant la bonne santé du site (toujours en termes de temps de chargement).

Pour exemple, chez Lemon Interactive, nous avons pour objectif d’amener tous nos sites à un score d’au moins 90 %, ce qui nous assure des performances optimales en termes d’expérience utilisateur et de temps de chargement.

Page Speed Insights (ou PSI) de Google présente l’avantage de vous proposer deux temps d’analyse : la performance globale expérimentée par les utilisateurs sur les 28 derniers jours, et la performance à l’instant T de votre analyse. Nous vous recommandons (sauf si vous suspectez un problème technique récent sur votre site) de prioriser l’analyse en Real User Monitoring sur les 28 derniers jours.

Les outils d’analyse des Core Web Vitals permettent alors de travailler page par page. Il est, par ailleurs, possible de connecter l’API de PageSpeed Insights à un crawler tel que Screaming Frog, ce qui va permettre d’analyser la performance de chargement de chaque page rencontrée par le crawler, et d’ainsi prioriser les actions.

Bon à savoir : évidemment, toutes les pages ne se valent pas. Une page avec beaucoup de JavaScript et d’images chargera forcément plus lentement qu’une page légère de contenus simples, même si le site est parfaitement optimisé. Des frameworks Javascript comme React, Angular, Vue.js ou Next.js sont par exemple riches en fonctionnalités mais loin d’être évidents à optimiser pour la performance SEO sans une équipe IT très robuste.

Comment travailler les scores Core Web Vitals d’un site ?

Pour travailler les Core Web Vitals, la méthode la plus efficiente consiste à aller dans la Search Console, et regarder les rapports de performance dédiés à ces KPIs. Google classe vos pages en 3 rubriques : vert (pages optimisées), orange (pages pouvant être améliorées) et rouge (pages insuffisamment optimisées pour la web perf)

Si, par exemple, c’est du code qui prend trop de temps à charger, notamment du JavaScript, il faudra confier le problème à l’équipe technique.

Si ce sont plutôt les images qui mettent trop de temps à charger, car le poids n’est pas optimisé, alors il faut redimensionner les images pour les alléger.

Il faut progresser ainsi par analyses, en prenant chaque problème l’un après l’autre.

Les points d’optimisation des Core Web Vitals

Pour améliorer le rapport des 3 KPI des Core Web Vitals d’un site, il est recommandé de travailler sur plusieurs points essentiels.

  • Avoir un serveur performant : un serveur mutualisé low cost sera forcément beaucoup moins performant qu’un bon serveur mutualisé ou un serveur dédié ;
Personnage déposant un format WEBP sur son site web
  • Utiliser le format web optimisé de Google (Webp) : ce format, recommandé par Google, a l’avantage d’être très léger à charger et évolutif en fonction des résolutions. Il existe de nombreux plugins et extensions qui permettent de faire la conversion automatiquement dans les CMS. Les résultats sont alors probants sur le temps de chargement et cela permet d’avoir un meilleur score ;

  • Utiliser les nombreux paramètres qui permettent de réduire le code CSS et JS :
    • Minification du code (réduction)
    • Suppression de code inutile ou de ressources non utilisées
    • Lazy loading (chargement progressif des ressources au scroll de la page)
    • Fragmentation des ressources JS les plus

      Cette initiative améliore le temps de chargement notamment de part la nature du Javascript, très gourmande en ressources. En effet, là où le HTML ou le PHP sont multithread (on peut multiplier les requêtes/exécution simultanées pour accélérer le chargement), le Javascript est monothread : cela signifie que votre navigateur (ou Google) doit obligatoirement interpréter l’intégralité de votre script JS avant de pouvoir faire quoi que ce soit d’autre.

      Or, il arrive que des fichiers JS incluent de nombreuses fonctions, souvent utilisées sur des pages différentes de votre site, et que des gains massifs de performance soit possible en séparant vos gros scripts en petits morceaux, plus faciles à charger séparément.

  • Placer les instructions defer ou delay sur le code ou sur les fichiers JavaScript qui ne sont pas indispensables au chargement d’une page : cela permet aux ressources non-essentielles d’être chargées après le chargement essentiel de la page (First Contentful Paint ou FCP) ;

  • Utiliser un CDN (Content Delivery Network) : cela permet d’optimiser le chargement de l’ensemble des ressources multimédia (vidéo, image, animation…). ATTENTION : cette recommandation est surtout à utiliser pour des sites exerçant à l’international. Un site uniquement français n’aura en revanche que peu d’intérêt à utiliser un CDN.

Les causes fréquentes des mauvais scores et leurs solutions

Les 3 KPI des Core Web Vitals révèlent parfois des failles dans les performances de téléchargement des pages de votre site. Selon le KPI, plusieurs éléments peuvent entrer en compte. Notre agence SEO vous propose alors une solution pour chaque problème.

Un LCP supérieur à 2,5 secondes

Echelle du LCP ou Largest Contentful Paint

Si vous constatez que le LCP n’est pas optimal sur votre site, voici des pistes qui peuvent vous aider à résoudre votre problème.

  • Un serveur trop lent : choisir un serveur plus performant ;

  • Un blocage au niveau JavaScript et CSS : désactiver ou annuler les balises ;

  • Un chargement très lent des ressources volumineuses (vidéo, image…) : compresser les photos et images et les charger en mode lazy-loading ;

  • L’impossibilité pour l’internaute d’agir tant que la page n’est pas entièrement chargée : supprimer les codes JavaScript critiques…

Un FID à la traine

Echelle du FID ou First Input Delay

Si votre site Internet présente une mauvaise réactivité, ce qui fait passer votre FID dans le rouge, vous êtes probablement face à un problème d’exécution de JavaScript trop lourde. Pour résumer, le navigateur ne peut pas répondre à l’action de l’internaute si JavaScript monopolise son attention au premier plan. Il est alors essentiel de travailler sur l’optimisation de JavaScript pour améliorer son FID.

Vous pouvez, pour cela, paramétrer les scripts propriétaires, réduire la taille du JS ou utiliser un web worker, qui permettra d’exécuter JavaScript en arrière-plan.

Un CLS trop élevé

Echelle du CLS ou Cumulative Layout Shift

Si les images de votre site mettent une éternité à se mettre en place sur la page, il est alors recommandé de travailler la métrique CLS en appliquant plusieurs techniques :

  • Utiliser les attributs de hauteur et de largeur des images et vidéos : cela permet au navigateur de laisser dès le départ la place allouée aux contenus multimédia sur la page, même s’ils n’ont pas fini de charger (avec un redimensionnement par le CSS, l’espace alloué n’est défini qu’après importation de l’image ou la vidéo) ;

  • Utiliser le ratio d’aspect : cette technique permet de proposer la même image en différentes dimensions. Le navigateur n’a plus qu’à choisir l’image à la taille la plus adaptée. C’est une option intéressante pour s’adapter au mode responsive ou à la version ordinateur ;

  • Supprimer ou limiter les publicités et les annonces dynamiques, qui décalent le contenu vers le bas ;

  • Éviter les polices de caractère trop complexes et lourdes…

Ne pas oublier les Web Vitals !

Si les Core Web Vitals sont officiellement les seuls indicateurs pris directement en compte dans le classement de vos pages dans Google, n’ignorez pas pour autant les autres Metrics fournies par le moteur de recherche préféré des Français ! Elles sont regroupées dans un second groupe de metrics que Google a sobrement baptisé Web Vitals.

Nous vous recommandons de suivre les données fournies par Page Speed Insights dans son analyse RUM, à savoir :

  • Le FCP (First Content Paint) : Mesure la rapidité avec laquelle l’utilisateur peut commencer à percevoir le début de l’affichage de contenu sur sa page. Inférieur à 1.8s, vous serez considéré comme performant. En dessous de 3s, vous serez en revanche en zone rouge !

  • L’INP (Interaction to Next Paint) : Plus compliqué à théoriser (et à optimiser), cet indicateur mesure la latence globale entre chaque interaction de votre utilisateur avec votre site, afin de déterminer la qualité de l’UX globale. Cet indicateur est globalement moins utilisé et tend à décroître en importance en faveur du FID.

  • Le TTFB (Time To First Byte) : Désigne essentiellement la performance serveur, la vitesse avec laquelle ce dernier commence à envoyer de la donnée à l’utilisateur à l’appel d’une page.

Les Core Web Vitals font partie intégrante des stratégies SEO des gestionnaires de site. Pour connaître les performances de votre site et optimiser sa réactivité, faites confiance à Lemon Interactive, votre agence SEO à Lille et Paris.

Image d'illustration de Google Business Profile, avec la phrase "créer et optimiser sa fiche d'entreprise" et le logo en son centre - Lemon Interactive

Google Business Profile : optimiser sa fiche entreprise

De nombreuses entreprises ne prennent pas le temps de créer une fiche Google Business Profile, ou n’en voient pas l’intérêt. Pourtant, cet outil gratuit est très puissant pour le SEO, et notamment pour le SEO local. Lemon Interactive vous propose alors de découvrir comment créer et optimiser sa fiche d’entreprise avec Google Business Profile.

Qu’est-ce que Google Business Profile ?

Ordinateur montrant une fiche Google Business Profile montrée par une flèche

Google Business Profile est un service de référencement destiné aux détenteurs d’entreprises. Exploité par Google, il prenait avant le nom de Google My Business. Aujourd’hui, le nom a changé, mais le service reste le même.

Concrètement, cela prend la forme d’une fiche d’informations que l’on retrouve dans les moteurs de recherche, en haut à droite de la page de résultats (SERP) ou tout en haut de la SERP sur mobile.

Ce service totalement gratuit permet aux internautes de trouver des informations précieuses sur les entreprises qui peuvent l’intéresser, et/ou qui l’entourent. Mais cela permet surtout aux entreprises d’augmenter leur visibilité en ligne grâce au référencement local.

De manière générale, à chaque requête d’un internaute, la SERP affiche plusieurs fiches d’établissements selon l’intention de recherche, mais aussi en fonction de la géolocalisation de l’utilisateur. L’objectif pour les propriétaires d’établissement est alors d’apparaître en haut de la liste des fiches Google Business Profile.

Quel est l’intérêt d’avoir une fiche Google Business Profile ?

Les entreprises qui ont déjà un site Internet ne voient pas toujours l’intérêt de remplir une fiche Google My Business. Pourtant, l’un et l’autre sont complémentaires, et la fiche Google Business Profile présente de nombreux avantages pour les professionnels.

Augmenter la visibilité en ligne d’une entreprise

Illustration vectorielle d'une page web Lemon Interactive

Google Business Profile permet aux entreprises d’être visibles quand un internaute fait une recherche en lien avec leur activité. Au-delà de la simple visibilité, l’intérêt est de pouvoir offrir des informations précieuses qui créeront un climat de confiance et inciteront à l’action, comme le nom de l’entreprise, les horaires d’ouverture, le numéro de téléphone, un lien qui mène vers le site…

Quand on sait que Google est le 1er moteur de recherche au monde, l’intérêt de pouvoir être visible sur Google semble évident. Il faut alors avoir une stratégie de référencement qui permette de tirer parti de la popularité de ce géant du web pour augmenter la visibilité de l’entreprise, mais aussi pour augmenter le trafic sur le site internet, ainsi que le taux de conversions. Si le site web parfaitement optimisé pour le SEO est une bonne stratégie, la fiche Google Business Profile est un outil extrêmement performant pour attirer les internautes rapidement et facilement.

Créer et entretenir un lien avec les clients

Une fiche GBP n’est pas statique, et le professionnel peut s’en servir comme d’un outil de communication et d’échange puissant. Il peut alors utiliser les différentes fonctionnalités pour créer un lien avec la clientèle, et entretenir une relation à travers des posts, des images, des vidéos, ou en répondant aux avis.

Par ailleurs, la fiche Google Business Profile est beaucoup plus incitative à la prise de contact, notamment avec l’affichage du numéro sur lequel on peut cliquer directement depuis smartphone pour appeler l’entreprise.

Améliorer le référencement local d’une entreprise

Saviez-vous que 46 % des recherches sur Google ont une intention locale ? Cela signifie que près de la moitié des requêtes font appel au référencement local de votre fiche Google Business Profile, qui est directement relié à Google Maps. Un internaute qui tape « restaurant » dans sa barre de recherche verra alors s’afficher dans la SERP les 3 résultats les plus cohérents selon sa géolocalisation. Et nous savons tous qu’un internaute privilégie toujours la simplicité en cliquant dans les premiers résultats sans scroller.

 Il est donc évident qu’il est important d’avoir une fiche GBP pour une entreprise qui souhaite attirer une clientèle locale. Sans fiche Google Business Profile, une entreprise n’apparaît pas dans les recherches locales, mais elle est aussi invisible sur les GPS et sur Google Maps.

Améliorer l’expérience utilisateur de l’internaute

Image d'un homme avec à sa gauche une discussion sur téléphone grâce à la fiche Google Business Profile

Selon plusieurs études, près de 70 % des internautes veulent une réponse directe à leur requête, sans avoir à cliquer ou scroller sur la page des résultats de recherche. La fiche GBP leur offre alors la satisfaction d’obtenir toutes les informations essentielles en un coup d’œil. Le parcours utilisateur est facilité, ce qui améliore l’UX, un critère essentiel pour permettre à l’algorithme de Google de vous sortir du lot.

Avec l’avènement du mobile, de plus en plus de recherches se font sur le net, et la fiche GBP permet d’avoir très facilement des informations claires et précises sur smartphone. Par ailleurs, sur téléphone il est beaucoup plus instinctif d’utiliser les informations recueillies sur la fiche, comme le numéro de téléphone (il suffit de cliquer dessus depuis son smartphone pour appeler l’entreprise).

À qui s’adresse Google Business Profile ?

Google Business Profile s’adresse aux entreprises (TPE, PME, professionnel indépendant…), et notamment celles qui ont un point de vente physique, qui proposent des produits et/ou services en ligne, et les sites e-commerce.

Cela concerne donc de nombreuses typologies d’entreprises, et beaucoup ignorent encore la puissance d’un tel outil pour l’élaboration d’une stratégie marketing de qualité.

Comment exploiter une fiche Google Business Profile avec le SEO ?

Plusieurs informations sont à la fois essentielles et stratégiques dans une fiche Google Business Profile. Mais, de manière générale, plus vous renseignez d’informations, mieux c’est, car Google le perçoit comme un gage de sérieux et vous permet de vous démarquer dans l’algorithme. Plusieurs éléments de l’outil sont alors à travailler pour optimiser votre fiche Google Business Profile.

Le titre de la fiche

Pour le titre de la fiche Google Business Profile, il est recommandé de ne pas se contenter d’inscrire le nom de l’entreprise. Celui-ci doit être suivi de mots-clés en lien avec l’activité, afin d’améliorer le SEO et de donner une information précise aux internautes. Par exemple, notre fiche GBP ne se contente pas d’afficher le nom de Lemon Interactive, nous ajoutons « agence web Lille » derrière. Précisant notre expertise et améliorant ainsi notre référencement.

La catégorie principale et les sous-catégories

La catégorie principale et les sous-catégories ont pour objectif de donner un maximum d’informations sur l’activité de l’entreprise, afin de guider l’internaute. Par exemple, un magasin peut ici préciser la nature de produits vendus (chaussures, vêtement, alimentation…).

Les liens renseignés 

Parmi les liens renseignés, l’url vers le site internet est indispensable. En revanche, il est important de cibler les liens, afin de diriger l’utilisateur vers la page la plus adaptée à sa requête. Pour une entreprise qui a plusieurs points de vente, par exemple, on évite de mettre un lien vers la home page, mais plutôt vers l’url de la boutique de la ville en question.

La description

Optimiser la description de la fiche Google Business Profile nécessite de satisfaire à la fois l’internaute et les moteurs de recherche. Il faut alors rédiger un texte court, facile à lire et clair, tout en insérant des mots-clés en lien avec l’activité de l’entreprise pour optimiser le référencement.

Les attributs

Les attributs d’une fiche GBP permettent d’apporter encore plus d’informations sur l’entreprise, et les prestations qu’elle propose. Un restaurant peut, par exemple, ajouter que c’est un espace non-fumeur, qu’il y a une terrasse, ou qu’il propose la vente à emporter.

Le contact

Il est presque impensable de ne pas mentionner au moins un moyen de contact dans une fiche Google Business Profile, bien souvent la première information recherchée par un internaute. Il s’agit alors d’ajouter un numéro de téléphone, un mail, ou l’url de la page contact du site web.

Faire vivre la page Google Business Profile pour augmenter sa visibilité

Pour optimiser au maximum une fiche Google Business Profile, le propriétaire d’un établissement doit faire vivre cet espace dédié. Cela lui permettra d’augmenter sa visibilité sur le web, mais aussi de créer un lien avec les utilisateurs. La fiche GBP est alors animée grâce à différents éléments.

Le Google Post

Fiche Google Business Profile de Lemon Interactive

Au-delà des informations plutôt formelles sur l’entreprise, Google Business Profile propose aussi un encart plus libre, où il est possible de publier des photos, des vidéos et du texte. L’objectif est alors de transmettre des actualités (événement, nouveauté, promotion…). Si cela rend la fiche GBP plus attractive, les Google Posts permettent aussi de prendre plus de place dans la SERP, et donc de s’imposer à l’internaute, car les Google Posts s’affichent à la suite des informations classiques et peuvent apparaître sur Google Discover.

Pensez alors à ajouter des photos de l’établissement, afin d’aider la clientèle à visualiser les lieux et à se projeter. Et n’hésitez pas à faire la promo de tous vos événements. Par ailleurs, une fiche GBP maintenue à jour et animée donne une image positive et dynamique de l’entreprise.

Les avis Google

Manager les avis clients est essentiel pour l’entreprise. En effet, près de 72 % des internautes se réfèrent aux avis Google pour prendre une décision, et 15 % vont plus loin, en affirmant ne pas faire confiance à une entreprise qui n’a aucun commentaire ou avis sur Google.

Il est donc important de répondre à chaque avis, qu’il soit positif ou négatif. Non seulement cela permet de créer un lien de confiance avec les utilisateurs, mais l’engagement dans les réponses aux avis permet aussi d’être bien référencé par Google.  L’idéal est d’obtenir des avis positifs d’un « local guide », c’est-à-dire un internaute qui donne énormément d’avis sur les fiches Google, et qui a donc une forte autorité dans Google.

Il est important d’avoir une fiche optimisée, dans laquelle on retrouve toutes les informations de l’entreprise. Mais, il est aussi essentiel d’avoir une bonne NAP consistency (name – address – phone), mise à jour régulièrement et optimisée, et d’interagir avec les internautes. Ce sont les conditions indispensables pour assurer le SEO de votre fiche Google Business Profile.

Aujourd’hui, 97 % des consommateurs ont le réflexe d’aller sur Internet pour chercher une information sur une entreprise. Il est donc essentiel d’optimiser le SEO local de votre établissement avec une fiche Google Business Profile, et Lemon Interactive peut vous aider à élaborer une véritable stratégie SEO.

SEO et IA : avantages et dangers pour vos contenus

La rédaction assistée par intelligence artificielle (RAI) fait de plus en plus parler d’elle, mais reste un sujet épineux. Entre ceux qui misent tout sur les robots, et ceux qui pensent que rien ne remplacera jamais l’humain, l’intelligence artificielle fait son petit bonhomme de chemin, et montre déjà ses atouts et ses faiblesses. Lemon Interactive fait le point avec vous sur les avantages et les dangers d’associer le SEO et l’IA pour la rédaction de vos contenus.

Qu’est-ce que la rédaction assistée par intelligence artificielle ?

La rédaction assistée par intelligence artificielle, ou RAI, est une forme de production de contenu 100 % automatisée. La main de l’homme n’intervient plus ici, et le texte est automatiquement généré par l’intelligence artificielle, en fonction d’un corpus donné et d’une banque de mots. Ces données s’enrichissent de jour en jour grâce à l’utilisation qu’ont de plus en plus de professionnels du marketing dans le monde, et permettent de produire des textes de plus en plus qualitatifs.

L’historique de la rédaction SEO par intelligence artificielle (IA)

La RAI est très récente, puisqu’elle ne s’est vraiment démocratisée qu’en fin 2021. Le concept s’appuie alors sur le programme chatGPT, avec sa version GTP3, un modèle de traitement du langage créé par le milliardaire Elon Musk, et qui est regroupé dans l’instance OpenAI.

Logo de l'entreprise OpenAI

Concrètement, aujourd’hui, OpenAI peut être qualifié comme le père, ou le parrain si vous préférez, de l’intégralité des outils qui proposent de la rédaction de contenu par intelligence artificielle. Il est cependant un peu moins « user-friendly » que les outils, type Jasper, qui vulgarisent un peu plus le traitement de l’outil.

Comment marche la rédaction SEO par IA ?

La base de la RAI est assez simple, puisqu’OpenAI ou Jasper utilisent un corpus de textes importé du web à partir de tous les langages. Ils le traduisent ensuite en anglais, analysent l’ensemble, et le génèrent en français en fonction de la demande.

Logo de l'entreprise Jasper.AI

L’outil de RAI s’appuie donc sur le corpus de texte du web, mais aussi sur une banque de données de mots. Ces mots permettent d’interpréter l’intégralité du corpus, de donner un sens aux instructions qu’on lui donne, et de recracher un texte.

Concrètement, l’outil se présente sous forme d’interface, dans laquelle on donne des consignes de rédaction (ton, langage, longueur du texte, thématique, mot-clé, titre…) pour générer ensuite du contenu. OpenAI est ainsi un outil ultra performant, puisqu’il permet d’intégrer de nombreuses consignes très avancées, qui permettent d’automatiser énormément d’aspects de la production de contenu.

Quand on parle d’automatisation, on parle, par exemple, de la possibilité d’ajouter des balises html, de rajouter du texte en gras, de segmenter automatiquement l’article (H1,H2…), d’insérer un tableau html, d’insérer des liens… Autant d’éléments qui permettent d’obtenir un texte très similaire à celui que pourrait rédiger un rédacteur ou un blogueur.

Quelles sont les forces de la RAI ?

Imaginons que vous ayez besoin de rédiger sur un sujet industriel très précis, sur lequel vous n’avez aucune expertise. OpenAI peut analyser pour vous le corpus de textes dans différentes langues associé à cette expertise, et vous proposer un titre, un plan d’article, et une base de contenus très intéressante permettant de ranker dans la SERP.

« La force majeure de la rédaction assistée par intelligence artificielle est d’offrir un gain de temps et de productivité indiscutable sur la production de contenu. »

Une autre grande force d’OpenAI est de proposer des textes optimisés pour le SEO de façon assez naturelle, puisque l’outil analyse en priorité les meilleurs résultats des SERP. Il propose alors des textes abordant les grandes thématiques, et incluant les mots-clés essentiels utilisés sur les pages qui rankent le mieux sur les moteurs de recherche pour une requête donnée.

Enfin, le coût d’utilisation de l’intelligence artificielle est assez bas. On parle de quelques centimes par texte.

Les faiblesses de la rédaction par intelligence artificielle

La RAI présente malgré tout quelques faiblesses, et peut présenter certains dangers à l’utilisation. Il est alors important d’en prendre connaissance pour ne pas voir son site Internet pénalisé par Google.

L’intelligence artificielle n’est pas infaillible

Image illustrant une main de robot dans un nuage de données - SEO et IA - Lemon Interactive

L’intelligence artificielle n’est pas (encore) une science exacte. Vous ne pouvez donc pas automatiser la production de contenus sur un site sérieux et avec de l’historique, en mode copier/coller de textes générés automatiquement.

En effet, l’outil peut interpréter des sources de données erronées, comme on en trouve des milliers sur le web. Il est donc inconcevable de simplement générer un texte et le copier-coller sur son site. La relecture est ici essentielle pour ne pas donner aux internautes de fausses informations, parfois même grossières.

Le contenu artificiel reste souvent synthétique

Malgré sa capacité à donner beaucoup de contenu, l’intelligence artificielle reste assez synthétique. Il y a donc un gros travail d’enrichissement à effectuer pour donner plus de matière d’expertise, nécessaire pour séduire l’utilisateur et améliorer l’expérience utilisateur. Il n’est donc pas concevable, une fois encore, de se contenter d’un texte auto-produit, pour apporter du contenu de qualité aux internautes, et l’intervention humaine reste nécessaire.

Les robots de Google ont la RAI dans le collimateur

Pictogramme d'un robot de Google

Google a lancé, en août 2022, la Helpful Content Update, doublée d’une Core update en septembre 2022, qui sont annoncées comme des outils avancés de détection de contenu rédigé avec IA. Il y a donc une grande vigilance à adopter, en attendant de voir comment Google va accueillir ce type de textes.

Pour le moment, tout laisse à penser que le moteur de recherche ne sera pas très tolérant avec ce type de contenus, s’ils sont générés de manière trop grossière.

L’intelligence artificielle a tendance à se répéter

La RAI présente une certaine limite dans sa capacité à renouveler des textes uniques selon un même mot-clé. Ainsi, si dans un avenir proche, l’utilisation de l’intelligence artificielle augmente pour la rédaction de contenu web, le risque augmente aussi de voir la génération d’un texte déjà généré et publié auparavant, et donc de publier du contenu dupliqué sur son site web.

Exemple : si 10 personnes font une même requête avec le mot-clé « construction maison en paille », et même si les paramètres sont légèrement différents, il y a de fortes chances pour que OpenAI propose du contenu dupliqué.

Ce problème trouvera sûrement une solution dans le temps, car l’outil va s’enrichir d’un point de vue lexical, au fil des nombreuses utilisations des experts, mais cela reste un danger pour le moment, à garder à l’esprit.

Comment utiliser la RAI sans se faire remarquer par Google ?

À l’heure actuelle, il est finalement assez facile d’utiliser la rédaction par intelligence artificielle sans se faire pénaliser par Google. En effet, aujourd’hui, la RAI sert surtout aux sites éphémères qui dureront 3 à 6 mois avant d’être pénalisés par Google. C’est ce qu’on appelle du black hat. Le contenu généré est ici surexploité, mais il n’a pas vocation à durer dans le temps.

Dans une stratégie SEO pérenne, cette stratégie n’a pas de sens, et le webmaster doit impérativement apporter des touches personnalisées à l’automatisation de contenu, pour démontrer que ce n’est pas du black hat. Par exemple, si on ne prend pas la peine de mettre des mots en gras, de la donnée structurée, des photos uniques, des vidéos, un bon balisage sémantique… Il faut alors utiliser l’insertion de ces balises html pour faire croire à Google qu’il y a eu une intervention humaine.

Plus on customise l’article rédigé avec IA, plus on lui donne de la valeur, et plus on a des chances de passer entre les mailles du filet.

Est-ce que l’IA peut remplacer un rédacteur web en SEO ?

Image d'une main humaine tendue vers celle d'un robot - SEO et IA - Lemon Interactive

Notre réponse classique d’un point de vue SEO est : oui et non !

Oui, si votre but est de créer un site éphémère, peu qualitatif, et avec des objectifs de performances provisoires. Dans ce cas précis, il est alors tout à fait possible de multiplier la productivité en mettant des textes auto-produits par l’intelligence artificielle, sans perdre de temps à les rédiger et les relire. Si le projet s’étend sur quelques semaines ou quelques mois, le risque est nul.

Non, en revanche, si l’objectif est d’utiliser l’IA pour remplir les pages d’un site sérieux, voué à durer, qui dispose d’un historique et d’une visibilité, et qui s’inscrit dans une démarche de compétitivité.

Cela peut toutefois être un gain en termes de production de contenus, pour être plus compétitif sur le temps passé à la production de contenu. C’est d’ailleurs dans ce but que nous pouvons éventuellement recommander l’usage de l’intelligence artificielle. C’est-à-dire que la bonne façon, à notre sens, d’utiliser OpenAI, c’est de lui demander de générer un squelette de contenu, de le recouper avec la véritable intention de recherche, et de venir derrière l’enrichir avec l’expertise humaine et une véritable recherche sémantique. L’IA peut ainsi baisser drastiquement le temps de production, mais ça ne remplace pas l’humain.

Chez Lemon Interactive, on ne doute pas qu’un jour cette réalité pourrait être altérée. Des IA plus perfectionnée et capable d’écrire comme un humaine pourraient voir le jour, mais pour l’instant, nous n’en sommes pas encore là ! Si vous souhaitez optimiser votre stratégie de contenu sur le web, faites appel à nous !

Logo de Google Search Console avec le sous-titre "5 méthodes pour 2023" entouré d'électronique - Lemon Interactive

Google Search Console : 5 méthodes avancées pour 2023

La Google Search Console compte parmi les outils les plus précieux pour travailler le SEO d’un site. En 2022, Google a grandement fait évoluer cet outil gratuit, et les possibilités sont bien plus nombreuses qu’avant. Encore faut-il les connaître, les comprendre, et parvenir à en tirer tous les avantages. Lemon Interactive vous présente alors les 5 méthodes avancées de la Search Console à ne pas rater en 2023.

Qu’est-ce que la Search Console de Google ?

Avant de nous lancer dans les améliorations que proposera bientôt Google pour sa Search Console, il peut être intéressant de faire un point sur la présentation de cet outil gratuit dans nos actualités.

Google Search Console (GSC) est donc un outil d’analyse de performances d’un site, mis à disposition des traffic manager par Google, totalement gratuitement.

L’objectif principal de la Search Console est alors de permettre aux propriétaires de site Internet d’optimiser leur référencement naturel (SEO), afin d’augmenter leur visibilité et leur présence en ligne.

Logo de l'outil Google Search Console

De nombreuses fonctionnalités d’analyse en temps réel sont alors disponibles sur l’outil :

  • Services d’indexation des différentes pages d’un site ;

  • Détection des problèmes que les robots de Google rencontrent lors du crawl d’un site ;

  • Optimisation SEO ;

  • Suivi du positionnement des pages et de leur classement sur les moteurs de recherche…

Si l’on se sert surtout de la Search Console pour vérifier que les pages de son site sont bien indexées, les autres fonctionnalités sont aussi de précieux outils, et Google les perfectionnent au fil des ans pour permettre d’augmenter l’impact du SEO sur un site Internet.

Bon à savoir : pour optimiser le SEO d’un site, de nombreux propriétaires combinent la Search Console à Google Analytics.

Analyser de nombreux logs directement via la Search Console

Jusqu’à présent, pour analyser les logs d’un site, il était nécessaire de passer par des outils spécifiques, comme Seolyzer ou Screaming Frog. Mais grâce aux améliorations apportées à la Search Console, il est désormais possible d’analyser de nombreux logs en passant directement par l’outil d’analyse de Google.

Il suffit pour cela de se rendre dans la Google Search Console, et d’aller dans « paramètres », puis « rapport d’exploration », pour découvrir toutes les possibilités qui s’offrent à vous. Différentes analyses sont alors possibles, comme :

  • Le volume de budget crawl mensuel et son évolution, que l’on peut observer grâce à une courbe reprenant les données des derniers mois écoulés ;

  • La répartition des codes http ;

  • La présence d’erreur 404, de redirection 301, d’erreur serveur 500…

Illustration d'une erreur 404 sur un site web

Tout cela permet d’avoir une information précise sur la santé d’un site, mais aussi de voir les pages les plus crawlées. L’objectif est alors de faire remonter les dysfonctionnements, pour les solutionner au plus vite et optimiser le référencement naturel du site.

Le rapport d’exploitation est une fonction qui n’est pas visible dans la barre de gauche du menu de la Search Console. La fonctionnalité nécessite deux clics pour être accessible, elle est donc souvent ignorée. Elle est pourtant très précieuse pour voir l’évolution de la considération d’un site par Google, mais aussi pour traiter en profondeur les erreurs d’un site. En effet, cette fonctionnalité d’analyse permet aussi de relever des erreurs 404 qui ne sont pas relevées par la partie « couverture d’index » de la Search Console.

Les rapports d’indexation des sections « produit » et « vidéo » de la Search Console

Parmi toutes les améliorations apportées à la Search Console, Google a décidé de travailler sur l’indexation et l’analyse des contenus multimédia et des fiches-produits, afin de travailler le SEO d’un site en profondeur et dans les moindres détails.

L’indexation des vidéos dans la Google Search Console

Pictogramme vidéo sur site web

La section « vidéo » de la Search Console permet tout simplement d’avoir les pages dédiées à l’hébergement de contenu multimédia dans un onglet séparé de la search console. Cela comprend notamment la vidéo, et permet de vérifier les indicateurs de performance reliés.

Les créateurs de contenu multimédia ont alors accès aux données de performances des vidéos intégrées dans un site, ce qui leur donne des axes d’amélioration supplémentaires pour améliorer le référencement et le positionnement d’un site dans la SERP Google. Plusieurs informations seront alors disponibles :

  • La vidéo est identifiée sur combien de pages Google ?

  • Quelles sont les vidéos indexées, et celles qui ne le sont pas ?

  • Quel est le problème qui empêche l’indexation d’une vidéo ?

Une meilleure visibilité des fiches-produits des sites e-commerce

La page « shopping », présente dans la rubrique de la colonne de gauche « achat » est une nouveauté de septembre 2022, qui séduit les propriétaires de sites marchands. En effet, cette page permet aux gérants de site e-commerce de mieux gérer leurs fiches-produits, et notamment les données structurées, mais aussi d’avoir un rapport détaillé sur les moindres erreurs de balisage. D’autant plus avec l’arrivée de Google Discover, qui pourra mettre en avant toujours plus de produits.

Cette fonctionnalité va devenir de plus en plus importante, car Google va lancer de nouvelles fonctionnalités dans sa SERP, qui permettront de mettre davantage les produits en avant. Cela sera notamment possible avec une rubrique qui va s’appeler « produits populaires », et qui sera totalement indépendante de Google Shopping. On y retrouvera tous les best-sellers, qui pourront apparaître dans les résultats de recherche. C’est donc une belle perspective de développement pour les sites e-commerce.

La fonctionnalité de vérification des backlinks

La vérification des backlinks SEO est une fonctionnalité souvent mal comprise. Pourtant, elle va clairement être très importante en 2023.

Aujourd’hui, il n’est plus nécessaire d’utiliser Majestic, Href ou SEMrush pour une analyse de premier niveau. Il suffit de se rendre dans la rubrique « liens » dans la colonne de gauche de la Search Console, pour pouvoir regarder quelques metrics importantes liées aux backlinks. On peut notamment :

  • Analyser la répartition des ancres, et ainsi vérifier s’il n’y a pas une suroptimisation des ancres (maximum 10-15 %) ;

  • Vérifier si on n’est pas victime d’une attaque de negative SEO, par exemple, d’une invasion de liens toxiques qui parasitent la popularité du site aux yeux de Google.

La vérification des signaux web essentiels (Core Web Vitals)

Google a annoncé une mise à jour du rapport Core Web Vitals dans Google Search Console. Autrement dit, les propriétaires de site web auront désormais accès à toutes les données au niveau des URLs.

Image regroupant les trois core web vitals de Google ! LCP, FID et CLS.

Pour rentrer dans les détails, les Core Web Vitals sont les indicateurs de performance clés pour la partie technique du SEO. Ils sont principalement dictés par la vitesse de chargement, et notamment le FCP (First Contenful Paint). Avoir accès aux données d’une URL, donc page par page, est alors une fonctionnalité qui permet, après une refonte ou des évolutions techniques importantes du site par exemple, de suivre l’évolution des signaux web essentiels sur la Search Console.

Cela permet aussi et surtout de regarder comment Google les interprète, et c’est bien ça le plus important. Ce type d’analyse devrait faire partie de la routine hebdomadaire d’un bon SEO !

Les fonctionnalités enrichies de vérification de l’indexation

Aujourd’hui, il y a beaucoup plus d’options quand il s’agit de regarder la couverture de l’indexation des pages. Cela permet d’avoir une vision nettement plus large de la manière dont Google référence le site, et surtout de comprendre pourquoi certaines pages ne sont pas référencées (si c’est le cas).

Est-ce que c’est un problème de vitesse de chargement ? La qualité du contenu ? Un contenu dupliqué ? Une redirection 301 ? La vérification de l’indexation des pages d’un site sur la Search Console permet désormais d’en savoir plus, et plus rapidement.

Image d'un homme sur Google

La recommandation d’experts est d’utiliser cette couverture d’index en croisant les résultats de Google et ceux de screaming frog. Vous pourrez ainsi obtenir deux données à corréler :

  • Les pages indexées par Google ;

  • Le nombre total de pages du site.

Vous aurez alors une idée précise du nombre de pages qui ne sont pas indexées par Google, et d’en déterminer les causes. On recense alors 2 cas de figure :

  • Les pages orphelines, que Google retrouve, mais qui ne sont pas maillées sur le site ;

  • Les pages qui ne sont pas indexées par Google, mais qui sont bien présentes et maillées sur le site.

L’objectif est alors de comprendre les causes de ces dysfonctionnements, et d’y remédier pour optimiser le SEO du site, mais aussi indexer et mailler toutes les pages de façon optimale.

L’importance du SEO en 2023

Rares sont les propriétaires de sites web qui n’ont pas pour ambition d’améliorer la visibilité de leurs pages. Plusieurs leviers marketing sont alors possibles pour sortir du lot sur un moteur de recherche, et la stratégie de référencement naturel (SEO) en fait partie.

« Le référencement, qu’il soit naturel ou payant, est ce qui permet à un site web d’être visible sur les moteurs de recherche. »

Il vise ainsi à augmenter le trafic sur les différentes pages du site, et représente une opportunité de conversion des internautes en prospects, et des prospects en clients. De nombreux points de vigilance sont à observer, et les techniques de référencement naturel doivent être appliquées scrupuleusement. Mais si le SEO demande du travail, et que les résultats se font parfois attendre, les avantages sont nombreux :

  • La recherche organique représente la principale source de trafic ;

  • Un site performant permet de gagner la confiance de l’internaute (avec du contenu de qualité, régulier, et à forte valeur ajoutée) ;

  • Un bon SEO donne de la crédibilité à une entreprise ;

  • Un SEO bien travaillé augmente la qualité de l’expérience utilisateur (UX) ;

  • Un site bien construit permet de cibler sa clientèle et d’influencer le cycle d’achat grâce aux intentions de recherche ;

  • Être vigilant sur l’optimisation de son site permet de rester à l’affût des stratégies SEO des concurrents et de mieux les comprendre ;

Travailler le référencement naturel d’un site Internet est, aujourd’hui plus que jamais, incontournable pour bien se positionner dans la SERP. Lemon Interactive s’appuie alors sur des outils puissants comme la Google Search Console pour fournir à leurs clients des sites web performants. Besoin d’aide sur votre stratégie SEO ? Contactez-nous.